Tops et flops des JO de Londres

Comme lors de chaque édition depuis des décennies nous avons suivi avec passion, et ce à travers le monde entier, les Jeux Olympiques, l’événement sportif planétaire le plus prestigieux qui soit. Ceux de Londres 2012 ont réservé leur lot de surprises, d’émotions et de performances. On commence par quoi ? Allez, les bonnes nouvelles d’abord…

TOPS

Le bilan de l’Équipe de France. Onze. Onze précieuses médailles d’or, les plus belles, ce sont quatre de plus qu’en 2008 et ce sont elles qui me font dire aujourd’hui : « la France a fait de bons Jeux ». À Pékin, nous avions glané 41 médailles (34 cette année) mais 7 seulement étaient dorées. Alors oui, une médaille olympique c’est exceptionnel et inoubliable mais quand on est en bronze ou en argent, on n’a pas gagné. Même si tout n’a pas été parfait, on a vu les champions français assumer leurs places de favoris dans leur discipline et remporter le titre, à l’image des judoka(te)s Lucie Décosse et Teddy Riner ou encore Tony Estanguet et l’EDF de handball. On a souvent vu un état d’esprit de gagneur chez les Bleus, assorti de titres et c’est le plus important. La France prend la septième place au classement des médailles avec autant d’or que l’Allemagne. Voyons une satisfaction supplémentaire dans ce bilan français : la performance féminine qui représente 36 % des médaillés d’or français, un ratio bien supérieur à celui de Pékin (14%), Athènes ou Sydney (25% env.). Les filles ont été un moteur pour l’état d’esprit de l’Équipe de France, avec la fraîcheur des basketteuses, magnifiques finalistes contre les USA, le panache de Julie Brésset (or en VTT) et la victoire surprise d’Émilie Fer en canoë-kayak. Leurs performances attirent aussi de plus en plus l’intérêt du grand public, ce qui est une bonne chose pour le milieu du sport !

La Jamaïque. Le pays du reggae est bien roi du sprint mondial. Chez les hommes, un doublé sur 100m, un triplé sur 200m et un record du monde tombé sur le relais 4x100m… Côté femme, le titre et le bronze sur 100m et des podiums partout ailleurs. King Bolt a été à la hauteur (et comment !) en signant un deuxième triplé aux Jeux Olympiques, avec des chronos éteignant tous les doutes qui entouraient son état de forme avant la compétition : 9.63s sur la ligne droite, record olympique et deuxième temps de l’histoire, et 19.32s au 200m.

La natation française. Avec sept médailles dont quatre en or, la natation représente la plus grosse source de médailles d’or françaises. Les nageurs de l’Hexagone ont assumé, avec les titres annoncés de Yannick Agnel et Camille Muffat mais ont aussi su surprendre leur monde avec des titres surprises riches en émotions : ceux du relais 4x100m nage libre et de Florent Manaudou sur 50m nage libre ! Les talentueux et sympathiques nageurs Bleus placent la France au 3e rang du classement de la natation mondiale.

L’Équipe de Grande-Bretagne. Oui, en tant que Français, ça fait un peu mal de l’admettre. Mais nos voisins et rivaux anglais ont fait des Jeux amazing. Troisièmes au classement général avec 29 médailles d’or devant la Russie, les Britanniques ont plus qu’été à la hauteur de « leurs » Olympiades à Londres. Andy Murray qui bat Federer sur le court de Wimbledon, Bradley Wiggins qui remporte le titre en contrela- montre après avoir gagné le Tour de France, 7 médailles d’or pour le cyclisme sur piste, le triomphe de Jessica Ennis en heptathlon… Ce fut pour nos frères d’Outremanche un succès sportif et populaire sensationnel, doublé d’une organisation plutôt réussie dans un style différent de la conquérante folie des grandeurs chinoise. Congratulations !

FLOPS

L’esprit olympique aurait-il été bafoué ? Plusieurs affaires embarrassantes ont suscité des interrogations quant à l’esprit fair-play des JO. Tout d’abord, des joueuses de badminton exclues pour avoir fait exprès de perdre afin de bénéficier d’un tirage plus favorable au tour suivant. Même cas de figure en basket masculin, ou l’Espagne est accusée d’avoir volontairement lâché deux matches de poule pour éviter le tableau des Américains jusqu’à la finale. Résultat : deuxième de son groupe derrière les intouchables États-Unis, la France tombe sur les Espagnols champions d’Europe en titre dès les quarts de finale et est éliminée… En cyclisme sur piste, les Anglais ont carrément fait exprès de tomber après avoir pris un mauvais départ afin de recommencer ! Ils gagneront le titre de vitesse par équipe quelques instants plus tard face aux Bleus. En boxe, des décisions arbitrales contestables et contestées ont assombri le tournoi. Le français Alexis Vastine qui s’estime lésé, visiblement à juste titre, a quitté le ring en larmes et son cas n’est pas isolé… Plusieurs cas de dopage ont aussi vu le jour pendant la quinzaine olympique. Les Jeux sont devenus l’objectif de toute une vie et également un enjeu médiatique et économique immense ; il est préoccupant que les athlètes aient recours à la malhonnêteté pour parvenir au but suprême… Que faire pour éliminer ces injustices d’ici Rio 2016 ?

Julien Absalon, l’Escrime française, Camille Lacourt, trois désillusions au goût amer. En VTT, Julien Absalon, double tenant du titre olympique et énorme chance de médaille d’or française a joué de malchance : une crevaison qui l’a mis horscourse et forcé à abandonner dès le premier tour du circuit. Pour un cador de la discipline comme lui, un favori plusieurs fois champion du monde, il y a de quoi être déçu. En escrime, les Bleus n’ont inhabituellement pas brillé. Zéro pointé, aucune médaille n’aura été remportée par la France dans la discipline, qui en est pourtant régulièrement le premier fournisseur.

Autre déception, la 4e place de Camille Lacourt, champion du monde il y a un an, sur 100m dos. Rendez-vous dans quatre ans pour faire oublier tout cela !

L’Inde. Ce n’est pas un vrai flop. Mais on entend souvent que les succès russes, américains ou chinois sont proportionnels à la taille de leur population (« Normal qu’ils aient une trentaine de champions, ils sont 500 millions… », etc.) C’est faux, et l’exemple indien le prouve. Sans un bon système de formation et des infrastructures, ça ne fonctionne pas. L’inde, deuxième pays le plus peuplé de notre planète compte plus de 1,2 milliards d’habitants pour… sept petites médailles -aucune en or- et pointe au 55e rang du classement olympique.

GG

Article complémentaire à lire : Après les JO, faites du sport
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s