Le rose, porteur d’espoir

Telle est la couleur grâce à laquelle se reconnaissent les militantes de Code Pink.

Voici une association peu connue en France. Créer en 2002 par des américaines souhaitant empêcher les Etats-Unis de George W. Bush d’envahir l’Irak, cette association a pour unique but de préserver la paix dans le monde. Elle regroupe des femmes s’élevant contre la suprématie des hommes, et contre toutes les guerres. Selon elles, les affrontements sont causés directement par la volonté de puissance des hommes, ils en sont donc responsables.

Ces militantes ont choisi le rose comme symbole. Cette couleur, souvent associée à la féminité, a été choisie afin de parodier les codes couleurs (jaune, orange et rouge) mis en places par G. Bush dans sa lutte contre le terrorisme, et censés indiquer le degré des risques d’attaque. Sous la gouvernance de l’ex-président des Etats-Unis, les membres de Code Pink étaient environ 20000 à s’opposer à ses entreprises militaires. Aujourd’hui, les adhérents sont moins nombreux, du fait de l’élection de Barak Obama, président « pacifiste ». De ce fait, les mouvements de protestation sont plus difficiles à mettre en place.

Cependant, les « Pink Ladies » se sont récemment illustrées par leurs actions de protestation contre l’intervention américaine en Syrie. Leurs flash mobs, costumes et banderoles colorées ne sont que la face la plus visible de leurs actions. Celles-ci se déroulent majoritairement à l’intérieur même du Congrès, la seule institution de l’Etat à laquelle des citoyens ordinaires peuvent assister. Leur tactique consiste à se placer dans les champs de vision des caméras filmant les représentants, en brandissant des pancartes aux slogans pacifistes. Ce fut le cas le 4 septembre dernier, lorsque le secrétaire d’Etat des Etats-Unis prononça son discours sur la politique à adopter à propos de la question syrienne. « The world is watching », déclarait John Kerry. Tandis que les chaînes de télévision présentes tentaient de filmer en gros plan son visage, des militantes tout de rose vêtues s’agitaient derrière sa tête en brandissant des bannières rouges, censées symboliser le sang syrien qui coulerait sur les mains des américains. Ainsi, les sénateurs mais aussi l’opinion publique américaine toute entière sont confrontés aux  manifestations pour la paix générées par Code Pink.

 Cette organisation possède de nombreuses « divisions » sur le territoire américain, regroupant des femmes (ainsi que des hommes !) ayant fait de la paix leur cheval de bataille, oeuvrant pour la fermeture de la prison de Guantanamo, la cessation totale des lancements de drones par les Etats-Unis, et l’arrestation des criminels de guerre. Mais Code Pink  a aussi inspiré de nombreux mouvements à travers le monde, comme en Inde où les justicières du « gang rose » se chargent de défendre les nombreuses femmes victimes de violences dans leur pays.

 Code Pink. Comme un code secret à divulguer, porteur d’une solution alternative évidente, bien que trop souvent oubliée : la paix, cet idéal.

 AB

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s