[Mot du mois] Harami

« Harami » Bâtard(e) en afghan

Ou devrais-je dire la plus grosse honte qu’une famille peut porter chez les musulmans très pratiquants en Afghanistan. Un statut qui fait de ces enfants des orphelins de père mais surtout des enfants inconnus cachés de tous si la famille a assez d’argent. Si elle n’en a pas, comme la plupart des afghans, des enfants abandonnés, dès la naissance, dans la rue jusqu’à ce que mort s’en suive. Une mort douce, comparée à celle des géniteurs s’ils venaient à être découvert sous le régime talibans. Lapidation publique, à demi enterrés. Et l’homme et la femme. Mais si c’est un viol ? La femme n’a aucun droit, elle est la cause de tout.

Aujourd’hui la cause de ces abandons n’est plus la peur (du moins plus complètement) mais la pauvreté : en plus d’être une honte, le bâtard est un fardeau. La bâtarde encore plus, un garçon a la rigueur ça peut être utile, mais une fille… Une dot c’est cher et puis ça fait jaser les voisins qui ne voudront pas laisser leurs filles en mariage aux oncles de la famille encore célibataires ! La situation du bâtard est assez universelle dans le monde de la religion : la honte. Oui, une honte, une perte d’honneur, une perte de sa fierté, que l’on pense racheter en tuant le fruit de notre « méfait » ?  Ne jetons pas la pierre sur ces familles qui préfèrent laisser leur enfant mourir plutôt que de le voir grandir dans la misère, pour finir illettré et mendiant. D’un certain point de vue c’est compréhensible. Tirons plutôt sur cet Imam extrémiste pakistanais qui a demandé à ses fidèles de lapider un nourrisson bâtard devant sa mosquée, tirons sur celui qui a osé lancé la première pierre et sur les autres qui ont suivi, tirons aussi sur ceux qui ont étranglé et brulé un enfant illégitime. C’est sur ces personnes que l’on doit s’indigner, pas sur ces pauvres gens qui n’ont même pas assez d’argent pour se nourir. Au Pakistan l’adultère est puni par la peine de mort, est-ce assez pour justifier les quelques 1 200 bébés retrouvés mort dans les rue Pakistanaises en 2010 ? 90 % de ces petits êtres sont des filles, autant rester dans l’inégalité jusqu’au bout.

EBM

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s