Existe-t-il une littérature scientifique ?

Le groupe de mots «littérature scientifique» n’est pas un oxymore. Traduction, il existe des livres traitant de science dans un style d’écriture léger et fleuri. Concrètement, ce sont les écrits rangés dans l’étagère au nom austère: «Culture scientifique».

Cette classification reste la même dans un grand nombre de librairies. Pourtant, de même que l’on distingue, roman, poésie et théâtre ou bien «classique» et «science-fiction», on pourrait aisément différencier, chronique,vulgarisation et histoire des sciences.

La littérature scientifique a ses Zola et ses Hugo. Elle a ses écrivains contemporains (français et anglais) et ses «grands auteurs». Ils ont chacun tenté d’apporter leurs réponses à de Grandes Questions en les rendant compréhensibles aux-non initiés. Pour cela, ils se sont inspirés de leurs aînés ou ont été en rupture avec eux. Qu’ils soient des chercheurs de renom ou des rédacteurs de revues scientifiques , ils se sont fait messager des sciences. Nous leur devons une part de notre vision du monde. Le but de cet article est de balayer, le temps de quelques lignes, une infime parcelle de cet univers culturel. Il y a peut être encore de la place entre votre exemplaire des Misérables et celui de Mme de Bovary…

Vulgarisation

La vulgarisation est un genre houleux de littérature scientifique. Puisqu’elle s’adresse au grand publique, on l’accuse d’utiliser la science pour vendre en proposant une science de qualité douteuse. Dans ces travers les plus obscurs, elle sacrifierait même la sacro-sainte véracité scientifique pour toucher les masses.

Combien de fois voit-on en kiosque des titres alléchants sensés nous donner des réponses à des questions d’une rare complexité, en un article d’une dizaine de pages? La vulgarisation, ce n’est pas la panacée. « On a trouvé la particule de Dieu!» s’étalait en couverture des magasines, il y a peu pour célébrer la découverte du boson de Higgs. Saupoudrez vos unes avec les termes « Théorie du Chaos », « Physique Quantique » et le succès sera au rendez-vous…

Si la vulgarisation peut-être longtemps critiquée, ce qui précède témoigne de l’intérêt pour les sciences et de son influence dans l’imaginaire collectif. Certains ont peut être déjà conjecturé que la Science est réservée aux initiés, qu’elle se limite à de froides propositions et que par conséquent, elle n’a pas de littérature propre à soulever l’enthousiasme . Ces derniers conviendront qu’il suffit d’exhiber un contre-exemple pour infirmer leur conjecture.

Les recueils Chroniques des atomes et des galaxie et Chroniques de la terre et du vivant sont d’un grand intérêt. En effet, Hubert Reeves tenait une chronique culturelle sur France Inter et les textes de ces ouvrages en sont issus. A chaque fois, en moins d’une dizaine de pages, on découvre un élément du bestiaire céleste, une théorie ou encore la vie de grands scientifiques. Les textes sont d’une grande concision, les analogies efficaces pour la compréhension du lecteur avec un style d’une simplicité élégante, le tout sans galvauder la rigueur scientifique.

Le livre le plus connu de Reeves est Poussière d’étoiles.

Dans ce livre illustré de photographies célestes, il nous conte l’histoire de l’univers depuis ses débuts à l’apparition de la vie sur Terre.

Ce sujet peut paraître vu et revu puisqu’il n’est pas le seul à avoir écrit dessus Certes, ce qui est particulièrement intéressant ici, c’est comment il donne à voir l’histoire de notre univers. Si Reeves est aujourd’hui un astrophysicien reconnu, il a toujours été un passionné de poésie et cela fait toute la différence.

Lors de la lecture, l’auteur nous fait entreprendre un voyage dans lequel il se sert de la science pour nous guider, et de la poésie pour nous émerveiller. Et si vous vous sentez perdu dans l’immensité du cosmos, gardez toujours le titre de l’œuvre en tête et son épigraphe :

On m’a dit tu n’es que cendre et poussière

On a oublié de me dire qu’il s’agissait de poussière d’étoiles

Terminons sur Malicorne du même auteur. Ici, il philosophe. Les questions qu’il soulève et ses méditations donnent le vertige. La poésie est omniprésente au côté de la Science. Tout deux s’accordent pour notre plus grand plaisir. Amateur de réflexions en tout genre ne pas s’abstenir!

 Histoire des sciences

Les progrès scientifiques sont à l’origine de grands bouleversement économiques, sociaux, moraux… Dans l’histoire au sens où nous l’entendons communément, de temps à autre, survient des ruptures radicales : les révolutions. Les sciences sont elles aussi agitées par des courants révolutionnaires. Des théories que l’on tenait pour vrai sont renversées, des modèles que l’on prenait pour référence sombrent dans l’oubli alors que de nouvelles théories émergent en prenant appui sur le passé. Parfois, des édifices théoriques rompent les liens avec toutes les anciennes conceptions.

Les révolutions scientifiques ont un impact sur notre vision du monde en se diffusant peu à peu : La terre n’est pas le centre de l’univers. Tout comme les sociétés, la science fini par se reconstruire d’où la proposition d’Etienne Klein, «Il y a des révolution qui ne font pas couler de sang».

Etienne Klein est un physicien français qui a reçu des prix pour ses ouvrages de vulgarisation, il anime une chronique sur France-Culture. Son sujet de prédilection est l’étude du temps. Il a un style moins poétique qu’Hubert Reeves. Cependant, son écriture se démarque par un sens critique admirable, une écriture concise remarquablement clair et une rigueur scientifique exemplaire bien que son domaine de prédilection soit la physique théorique et particulièrement la physique quantique.

Il a écrit un ouvrage d’histoire des sciences atypiques : Il était 7 fois la révolution.

La formule de 7 fois la révolution est la suivante : présenter la vie de 7 physiciens plus ou moins connus et parsemer leur biographie fidèlement romancée d’explications sur leurs découvertes. Tout comme les artistes, il fallait connaître leur vie pour apprécier leur œuvres. Petit aperçu:

on est tour à tour séduit par l’esprit jovial et aventureux d’un physiciens russe, ému par la vie romantique d’un physicien-philosophe autrichien. On rencontre un Arthur Rimbaud d’un genre nouveau, qui disparu du jour au lendemain, en laissant des carnets qui contenaient déjà ce qu’on découvrirait 30 ans plus tard. Et pour ajouter à sa légende, il est porté disparu alors que commençait la campagne de recherche pour la bombe atomique…

Bien sûr on a la vie d’Einstein mais sous un jour nouveau.

C’était dans les années 30, en l’espace d’une dizaine d’années, ils allaient mettre au point la physique quantique ,sans ordinateur, qui allait entre-autre leur donner naissance.

Les exemples choisis appartiennent à la science physique mais on peut s’ intéresser à d’autres sciences. C’est un parcours de lecture infinitésimale qui est proposé… La pseudo-démonstration est encore bien incomplète.

AV

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s