Interview au coeur du Parlement français

La Mouette Bâillonnée fait son entrée à l’Assemblée Nationale !

Le 27 janvier dernier, La Mouette avait rendez-vous avec le député de la 8 ème circonscription de l’Isère Monsieur Erwann Binet. Lorsque la voiture s’arrêta devant les bureaux de l’Assemblée et que le chauffeur ouvrit les portes, Hervé Morin ancien Ministre de la Défense nous salua. Une rencontre impromptue qui annonçait déjà une journée inédite. Après avoir montré patte banche à l’entrée du site, la Mouette s’est engouffrée dans les longs couloirs de la face cachée du parlement. Arrivée dans le bureau du député, l’interview pu commencer après quelques mondanités. Nos premières questions concernaient l’ascension fulgurante d’un si jeune breton aux bancs du Palais Bourbon. Monsieur Binet nous confia qu’à la fin de la carrière de son père qui était sous-marinier dans la marine nationale, sa famille a dû déménager en région parisienne. Il y passa toute son adolescence et étudia le droit jusqu’à son mariage où il dû déménager en région lyonnaise pour suivre sa femme. Après avoir été juriste spécialisé dans le droit de la vie politique M. Binet passe le concours de la fonction publique territoriale et devint en 1997 assistant parlementaire du député de la Vienne.  C’est en 2008 où pour la première fois, la tentation d’une élection le guette. Il devient conseiller général de l’Isère et vice président chargé de l’économie. Puis en 2012 il se présente aux législatives et remporte l’élection. Spontanément monsieur Binet déclare « La responsabilité de vice President me semble être en accord avec la future loi du cumul des mandats. Je pense que cumuler un mandat d’élu local et celui de député est très important pour avoir une emprise sur ma circonscription au delà du pouvoir des mots. Mon devoir en tant qu’élu national et local est d’agir pour l’avenir de ma circonscription, je sais que ma voix porte, autant dans le sens juridique que dans le sens littéral du terme. Je me sens d’avantage utile. Allier ces deux fonctions n’est pas si difficile, c’est comme si vous, vous cumuliez votre statut de lycéen et celui de sportif ou de guitariste, à la seule différence  que les postes de conseiller général et de député ne sont pas des hobbies mais de vraies fonctions. En 2008 quand j’ai été élu, j’ai décidé de ne pas avoir une autre profession dans le secteur privé, beaucoup ont un emploi en plus de celui de conseiller général, je voulais remplir entièrement mes fonctions cela me semblait plus naturel de m’y consacrer à temps plein »

Monsieur Binet n’est pas un député ordinaire, peu le connaisse et pourtant toutes les caméras se sont braquées sur lui, et ses actes ont déplacé des millions de français dans les rues il y a quelques mois. Erwann Binet est le rapporteur de loi sur la loi qui permet aux couples homosexuels d’accéder au mariage. Comment un député tout fraichement élu, a t-il été chargé de porter la voix d’une telle loi ? M. Binet explique « En 2012 quand nous avons été élus au sein de la commission des lois notre « WEEP » le responsable des socialistes commissaire aux lois nous a demandé sur quels sujets nous souhaiterions travailler à l’avenir en déclinant les soixante propositions de F. Hollande. Il fallait vite se mettre au travail, je me suis tout de suite inscrit dans ce texte la, à l’époque nous étions 3 sur les 40 députés de la commission de lois.

Pourquoi j’ai choisi cette loi ? Parce qu’elle fait appel en moi à des principes, des valeurs qui font de moi un homme de gauche et non de droite, des principes d’égalité, la lutte contre les discriminations, principe que je défends depuis ma jeune enfance. Au collège je me souviens de m’être impliqué pour défendre des camarades musulmans victimes de discrimination. Ces dernières m’ont toujours révolté et me révoltent encore aujourd’hui. Le mariage pour tous était pour moi une sorte d’accomplissement. Je voulais contribuer à la proposition du candidat Hollande. Je voulais faire accéder à des droits essentiels une population qui en a été jusqu’alors complément exclu. On savait que le sujet allait être accaparé par une grande partie de la population parce que c’est un thème simple à comprendre, contrairement à la loi Macron qui est une loi très technique très précise qui ne touche qu’une partie de la population. C’est pourquoi j’ai voulu étendre la durée de mes travaux préparatoires. J’avais le sentiments profond que le mariage est une institution ancrée dans les moeurs de chacun et qu’il ne fallait jamais l’oublier. En revanche je n’avais pas imaginé qu’on aurait en face de nous une organisation aussi massive de l’opposition. L’UMP parti principal de l’opposition a beaucoup tergiversé pour se caler sur une position. L’église était défavorable mais beaucoup de catholiques ne l’étaient pas. L’Église a donc profité de la place du vide qui avait été laissé par l’opposition parlementaire qui ne savait pas trop comment aborder cette question. Ils ont finalement suivi la démarche de la « manif pour tous ».

Le député de l’Isère nous explique qu’il n’a jamais eu peur que le texte ne soit pas adopté. Et pour cause, étant au coeur du sujet il pouvait compter sur une forte majorité qui le soutenait à chaque instant à l’Assemblée. En revanche le pensionnaire du Palais Bourbon avoue avoir eu peur pour les homosexuels, notamment entre les deux lectures du texte synonyme de fin de débats. « L’opposition se fit extrêmement violente, elle s’est radicalisée, certaines manifestations ont dégénéré. Les forces de l’ordre ont dû user de bombes lacrymogènes, en évitant les enfants qui se trouvaient au même endroit que les « Nazions ». Ces enfants étaient présents parce qu’ils avaient été amenés par leurs famille, j’ai eu aussi peur pour eux, j’ai maintes fois affirmé devant les médias que les enfants n’avaient strictement rien à faire dans de telles conditions. Durant les derniers jours de débats les alentours de l’Assemblée ont été bouclé par les CRS. de l’autre côté du barrage dressé se trouvait des « dingues » qui balançaient des cocktails molotov sur les voitures officielles . Ces « fous » n’avaient qu’un seul objectif : la mort ! Il souhaitait que cela dérape. J’imaginais les homosexuels devant leurs postes de télévision en train de regarder ces absurdités avec stupeur. Pour avoir échangé avec eux je me suis rendu compte que ces moments vécus, étaient sans aucun doute les pires. J’ai pu me rendre compte qu’ils n’avaient jamais douté de mon texte mais qu’ils avaient douté de leur pays, vous savez le pays des droits de l’homme qu’est la France. Ils ont eu peur que leur pays soit un pays homophobe. Les homosexuels ont indiqué que toutes ces manifs étaient une violence faite à leur égard. Il fallait en tenir compte. »

Le Mouette s’est alors interrogée sur l’implication de l’opposition dans les manifestations anti mariage gay. D’après ce que l’on sait, du moins ce qui est officiel  l’opposition n’a pas soutenu ces actions. Monsieur Binet nous le confirme « On a tout de même des démocrates à l’assemblée à quelques exceptions naturellement, Les élus jouent le jeu démocratique en protégeant nos principes. Je ne pense pas qu’ils aient poussé à ces manifestations  et à ces débordements. Il y a eu une vraie évolution dans les milieux associatifs et dans les discours de la « manif pour tous » entre le début avec Frigitte Bargeot qui a utilisé des outils marketing très puissants pour faire monter la sauce puis la fin ou elle condamne ces actions violentes. Dans la même semaine on a eu plusieurs événements troublants,: des sites de meeting ont été vandalisés par le « printemps français ».  Et pour la petite histoire j’ai reçu le 6 novembre 2012, un jour avant que le projet de loi ne soit adopté une menace de mort, j’en ai reçu qu’une .. mais cela à commencé par ça. ( une vraie manie ces menaces de morts … ).

Au fur et à mesure de l’échange le sujet de l’interview dérive et nous abordons avec notre élu la séance du 13 janvier dernier. Tout de suite nous remarquons l’émotion toujours présente dans les yeux de notre interlocuteur. « Cette séance avait quelque chose de très impressionnant. Après un bref discours prononcé du Président Claude Bartolone, tous mes collègues et moi-même nous nous sommes levés comme un seul homme pour respecter une minute de silence, abrégée par une Marseillaise entonnée a capella par l’ensemble de l’hémicycle. Un moment de recueillement rare dans une assemblée plutôt habituée aux joutes verbales et aux querelles politiciennes » Ensemble, nous avons tous ressenti le besoin d’être en communion avec les français. Puis le Premier Ministre a prononcé l’un des plus beaux discours de l’histoire de l’Assemblée, tous les députés étaient unanimes » Le député nous a assurés que des mesures de sécurité allaient être prise prochainement. La toile serait davantage soumise à des règles strictes, et que le gouvernement prendra en compte les nouvelles technologies et les dangers quelles peuvent engendrer.

Pour conclure cette interview qui aura duré plus d’une heure nous offrons la possibilité au député d’accorder un mot aux lycéens.

« La génération dans la quelle vous vivez doit savoir une chose très importante. Tout ce que vous pourrez dire ou faire sera sauvegardé, tout va extrêmement vite. Pour éviter de se faire déborder par les évènements, il faut savoir prendre en compte la rapidité à laquelle les informations circulent. De plus, vous êtes dans une période charnière de votre existence. Vous apprenez l’essentiel sans vous en rendre compte et j’invite tous les étudiants à avoir une scolarité active et non passive. Cela vous permettra de vous ouvrir plus rapidement au monde. Enfin je pense que les jeunes doivent au delà des études garder des activités extra-scolaires, comme la vie associative qui leur donnera d’ores et déjà un avant gout de la réalité.

Le député conclu l’interview par « Jeunes ! Engagez-vous on a besoin de vous ! »

Interview réalisée par Loic Thomas & Louis Pasquier

©Bash – La Mouette Bâillonnée

Crédit Photo : Assemblée Nationale

Séance du 02/12/2009 : Hémicycle vide
Séance du 02/12/2009 : Hémicycle vide
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s