LA MOUETTE BÂILLONNEE N°43

A l’approche des grandes vacances, le monde se divise en deux catégories : ceux qui ont un programme estival chargé, et ceux qui creusent. Si vous êtes dans le stress du grand dilemme de fin juin : regarder Roland Garros ou corriger vos dernières copies, sortir profiter du soleil ou avoir quelque chose à marquer dans vos dernières copies, pas d’inquiétude. Pas plus que si vous appartenez à la seconde catégorie, et que vous projetez de vous enterrer tout seul sous vos fiches de révisions du bac. Pensez plutôt que dans quelques semaines, vous pourrez enfin vous reposer. Et pourtant, cet été ne devrait pas être de tout repos, car il marque le début d’un compte à rebours infernal, et il est un dilemme qui devrait tenir en haleine le Comité International Olympique (CIO) jusqu’au 13 septembre prochain, à savoir quelle ville de Paris ou de Los Angeles aura le privilège d’organiser les  Jeux olympiques de 2024.

Mais que le CIO n’hésite plus, Thomas Bach, son président, pourra profiter de ses vacances car nous avons la solution : Paris doit être choisie, notre motivation dépassant la simple ambition économique. Nous ne négligeons pas qu’il s’agit d’une opportunité unique pour le tourisme, la création d’emplois et d’infrastructures, et donne une première utilité au projet faramineux du Grand Paris, mais pour nous, c’est avant tout une revanche. Après deux années sous le signe de la violence nous méritons de redonner le sourire aux parisiens, d’avoir le courage solidaire (et auditif) de faire jouer Ariana Grande à la cérémonie d’ouverture. Nous méritons de redonner espoir aux amateurs de foot, qui ont lancé un avis de recherche pour retrouver l’honneur du PSG, porté disparu depuis sa rencontre avec le Barcelona. Nous méritons de souhaiter que quand nous verrons nos bâtiments nationaux illuminés de bleu-blanc et rouge, nous ne nous disions pas machinalement que la veille, des enfants se sont pris du plomb dans le sternum, mais que l’un de nos sportifs a porté l’or sur le podium.

Et puis, à quoi ressembleraient des JO à Los Angeles ? Ville de la première saison des Anges, dans un pays où le roi de la téléréalité est aussi président de la République, la raison pour laquelle elle est sous le feu des projecteurs est bien moins glorieuse. Comme dans ces émissions où la mise en scène est souvent grossière, le suspense de Jeux Olympiques aux Etats Unis devrait en pâtir. Sans les sportifs des pays musulmans, moins de place à la concurrence. Iraniens, irakiens, libyens, soudanais, syriens et yéménites, chez nous vous êtes les bienvenus ! Mais que les amateurs d’entourloupes n’aient pas d’inquiétude, à Paris aussi vous trouverez votre compte. Un 100 mètres en nage libre dans la Seine, et c’est un dopage naturel et définitif que vous attraperez avec nos taux record en nitrate, fluor, pesticides et autres médicaments. Après le festival de Cannes enfin, nous avons pris goût aux projecteurs, alors que le rêve parisien devienne réalité et que la télé s’en empare, Paris est prête à recevoir les haltérophiles allemandes comme des stars. Mais restons pragmatiques car rien n’est encore joué, et comme disait Guillaume d’Orange, prince néerlandais, que ce soit pour les ambitieux cet été sur la plage, les bacheliers,  Madame Anne Hidalgo ou les supporteurs du PSG, « il n’est pas nécessaire d’espérer pour entreprendre ni de réussir pour persévérer ».

Alice Bergoënd, co-rédactrice en chef

LMB 43 

Publicités

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s